LogoChloro620

Environnement et sécurité

Les animateurs sont bénévoles, ils engagent leur responsabilité, respectez les !
L’organisation de randonnées pour une association donne à celle-ci et aux animateurs des responsabilités civiles et pénales.
Voici quelques règles de base, règles de bon sens qui permettront de profiter de nos sorties en toute quiétude pour tous et en sécurité.

La charte du randonneur

Savez-vous que :

- un mouchoir représente une pollution supérieure à trois mois

- un mégot met de un à cinq ans à disparaître

- une peau de fruit reste sur les sentiers de trois mois à deux ans

- l'espérance de vie d'une canette ou d'une bouteille en plastique, dépasse largement celle du randonneur : de cent à cinq cents ans.

La charte du randonneur vous rappelle les bonnes règles de vie dans la nature.

 

 

Que faire en cas de sinistre

Vous devez déclarer l'accident dans les cinq jours ouvrés.
La déclaration d'accident peut être faite :

  • En ligne, sur le site Internet de la Fédération en remplissant le formulaire et en validant l'envoi qui sera automatiquement fait auprès des MMA.

 Attention : il est nécessaire d'envoyer par courrier le certificat médical descriptif des blessures.

  • Ou en remplissant l’imprimé type disponible annexe 8, Déclaration de sinistre.

  • Ou en indiquant sur papier libre le lieu précis, la date et les circonstances détaillées de cet accident, en mentionnant s’il est survenu à l’occasion d’une programmation associative ou d’une randonnée personnelle.

Pour une randonnée à la journée

Les incontournables

Ses médicaments personnels dont on peut avoir besoin dans la journée. Une couverture de survie protégeant du froid, du vent, sera surtout utile en cas d’accident avec immobilisation, car un organisme blessé ou malade se refroidit très vite. Un sifflet pour appeler, dont le son porte beaucoup plus loin que la voix souvent un peu cassée du blessé seul et angoissé.

La trousse de secours individuelle

alt

On néglige souvent cette petite pochette, parfois on l’oublie, plus souvent, après l’avoir garnie un jour, on ne la vérifie plus jamais. Le docteur Pierre Josué, médecin fédéral, nous rappelle que la trousse de secours individuelle n’est pas un gadget. Il nous réapprend son contenu et son usage.
Source : F.F.R